21/10/2011

Avant d'hiverner et d'hiberner!

Voici déjà que le froid et les premières gelées frappent à nos portes, le bilan de la période "estivale" est bon en ce qui concerne le bateau. J'ai fait tout ce que j'avais prévu de faire et les parties malsaines ont été ôtées et remplacées par du neuf, le bateau est couvert et ventillé. Normal j'ai ôté les vitrages!!!

L'an prochain, nous allons aller au chantier afin d'y travailler plus confortablement et au sec.

Les travaux seront les suivants:

-Mise à nu de la coque, étanchéification, remise en peinture et antifooling, remplacement des anodes, placement d'une seconde antenne sonar.

-Réparation de la timonerie et de la cabine avant, placement de quatre hublots.

-Remise en état du pont, du liston, de la lisse.

-Installation d'un sondeur neuf, du chauffage et remise à neuf de l'intérieur des cabines.

-Remplacement du cabriolet par un neuf en tissu marin.

Peut-être est-ce trop me direz-vous!

Et je serais de votre avis si ces travaux devaient se faire avec le bateau à l'eau, mais là il sera au sec, sous abri et je ne serai plus tenu par les conditions météorologiques. 

De plus j'ai encore mes congés de fin de carrière qui vont me donner du temps pour travailler, ajoutez à cela que je ne devrai plus attendre d'économiser pour acheter tel ou tel produit et vous comprendrez aisaiment que toutes les conditions seront remplies pour terminer la remise en état de la demoiselle.

Mais il me faut encore vous montrer la fin des travaux d'été. Nous nous étions arrêtés sur la remise en état du côté bâbord, j'ai aussi troué le côté tribord afin de ne pas laisser le bateau passer encore un hiver dans cet état.

Voici donc le reportage en photo.

 

Vue intérieure de la réparation espagnole du panneau arrière, lequel est constitué d'un support en contreplaqué sur lequel est posé une "peau" en acajou, à l'origine, mais remplacé par du méranti. On voit la colle utilisée en Espagne et qui déborde sous le panneau. Elle est en fait un silicone destiné à la construction et non aux applications marines.

DSC07389.JPG

J'ai ôté le "renfort" posé en Espagne sans trop de difficultés, simplement en tirant dessus. Bon, je relativise, j'ai de grosses pattes, mais on peut voir les vis qui étaient sensées maintenir la pièce. Heureusement, toute la visserie est en inox marin, donc je récupère! On peut voir que sans l'utilisation d'un outil comme le FEIN Multimaster, les coupes sont plus qu'aproximatives et que le non traitement des parties remplacée est à l'origine de leur destruction par l'humidité.

DSC07390.JPG

Le côté tribord du bordé où les mêmes remarques sont d'application.

DSC07391.JPG

Première étape, couper et démonter le support du liston. Il faut ôter les vis à la main, car l'usage de la dévisseuse endommage les têtes. J'ai aussi coupé la partie caoutchouc du liston afin de ne plus l'avoir dans le chemin. Il est évident que si le bateau avait été au sec, j'aurais déposé l'entièreté du liston et démonté tout le support.

DSC07393.JPG

Une vue plus large montre l'étendue de la réparation à faire.

DSC07394.JPG

Même chose sur cette vue qui montre la partie arrière aussi.

DSC07395.JPG

La pièce a déposer et une fois celle-ci déposée.

DSC07397.JPGDSC07399.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vu de l'extérieur, c'est toujours impressionnant, mais bon on en a vu d'autres!!!

Le Multimaster FEIN va encore être bien utile!

DSC07400.JPG

 

 Encore une vis espagnole!!!

DSC07402.JPG

Il faut couper jusqu'à ce qu'on atteigne la partie saine.

DSC07407.JPG

Ensuite on passe à l'arrière. Ici, j'ai opté pour une autre manière de procéder en ôtant l'arrière et le côté en même temps, ceci afin de mieux ordonner l'avancement des travaux car ici j'ai décidé de remplacer la "peau" en acajou et ensuite, de refaire le support par l'intérieur.

Ici, on voit le panneau posé en Espagne et qui est en fait la "peau" de la coque. Comme la pièce est mal coupée, je ne peux la récupérer.

DSC07412.JPG

Les traces blanches sont celles laissées par le silicone, on peut voir que l'entreprise était vouée à l'échec car vulnérable aux infiltrations d'eau entre la peau et le support. on est sur un bateau, pas dans une cuisine tout de même!

DSC07413.JPG

Le support est également déposé.

DSC07415.JPG

Vu de l'intérieur, ça peut faire peur!

Pas à moi, enfin... Pas trop!

DSC07417.JPG

Quoique vu comme ça! Une première pièce en acajou a déjà été posée dans le fond côté tribord.

DSC07424.JPG

Petit à petit...

DSC07425.JPG

DSC07429.JPG

La grande pièce arrière est posée, remarquez l'ajustage de la partie inférieure qu'il a fallu adapter afin que sa partie haute soit parrallèle au pont. Rien n'est droit sur un bateau...

DSC07432.JPG

De l'éxtérieur. A noter que la dernière latte du bordé a été laissée volontairement plus grande afin de l'ajuster une fois l'assemblage solidifié, ce que je n'ai pas fait à bâbord et qui va m'obliger à utiliser un subterfuge.

DSC07435.JPG

Vue de la dernière latte du bordé tribord.

DSC07438.JPG

DSC07440.JPG

Ensuite l'avant-dernière, ou l'antépénultième pour les puristes, latte arrière est posée, ce sera la dernière cette année, car le tout étant recouvert d'une bâche, il n'y a plus à craindre d'entrée d'eau et je préfère terminer le coin au printemps lorsque les températures seront plus clémentes.

DSC07449.JPG

Les deux vues qui suivent montrent que les pièces ont été posées en respectant le profil de la coque ce qui n'était pas le cas avec la réparation faite en Espagne, les différences de niveau avaient été comblées avec du mastic de carrosserie... (sans commentaires).

DSC07451.JPG

Le bois est bien sûr un bois exotique, pas du sapin des landes teinté!

DSC07452.JPG

Vu de l'intérieur, c'est nettement mieux qu'avant!

DSC07455.JPG

Voilà, il me restera donc à terminer cette partie au printemps prochain, avant d'aller au chantier, car il faut absolument que cette partie ait retrouvé son intégrité et sa rigididé structurelle avant que le bateau ne soit soulevé.

Je ne sais pas si je pourrai y travailler cet hiver, étant donné que l'usage des colle et verni est impossible sur le bateau et qu'à la maison il n'y a pas de lieu dédié au bricolage, je pense que je vais me contenter de surveiller l'évolution de l'hivernage semaine après semaine et réfléchir à différentes méthodes pour réparer l'avant en me basant sur l'expérience acquise durant ces semaines de travail à bord.

Il faut être patient et je m'y était préparé. Je vais donc aussi entrer en hibernation bien au chaud dans ma grotte!

A bientôt.

 

 

 

 

 

 

 

14:00 Écrit par alaro11 dans Actualité, Navigation | Lien permanent | Commentaires (2) | | |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

Bel "hibernage" Cap'tain. Je suis certaine te connaissant que tu as fait provision de nourritures, qu'elles soient intellectuelles ou autres...
Moi aussi m'en vais hiberner dans mon pays de Marie Chapdelaine....

Écrit par : Chantal D. | 21/10/2011

Répondre à ce commentaire

oh la la.. beaucoup de réparations en perspective !

Rachelle

Écrit par : garde enfant lille | 25/11/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.