10/06/2011

Consolidation de la timonerie, suite.

J'aurais pu ajouter: "ou comment un bateau en bois prend l'eau".

Un titre qui est le résultat de mes observations en cours de remise en état du bateau. Hier, j'ai constaté que le cadre qui soutien le plancher de la timonerie a été scié afin d'y loger les deux imposants réservoirs (560 litres chacuns).

Aujourd'hui, j'ai commencé à réparer le cadre côté tribord car je ne peux accéder aux deux côtés en même temps à moins de marcher sur les deux moteurs. J'ai enlevé le plancher situé au-dessus du moteur tribord, et j'ai constaté que les supports des planchers sont en fait des raidisseurs, qui participent à la rigidité structurelle du bateau au niveau de la salle des machines, nom pompeux pour ce qui est plutôt un grand compartiment, je le nommerai comme ça désormais.

Voici comment j'imagine que les choses se sont passées.

Feu l'ancien propriétaire, a décidé en 2002 de changer les deux moteurs Volvo Penta MD32 de 105 Cv par les deux TMD41A actuels. Il décide de profiter de cette importante modification pour remettre le bateau en état. Il fait enlever les réservoirs d'origine pour en placer de plus grands en acier inoxydable, il fait remplacer le réservoir d'eau par deux nouveaux plus grands également en inox, fait ajouter un réservoir d'eaux noires et son système de pompage plus un broyeur, place une nouvelle électronique, radar, GPS traceur, sondeur, VHF ASR et j'en oublie, plus une mise en peinture totale.

Pour effectuer ces opérations très onéreuses, il achète le meilleur matériel sur le marché, tout est homologué et de marques connues, mais pour limiter la facture, il fait appel au chantier local sous la forme des employés de la marina, qui possède ses moyens de levage et de stockage des bateaux. Les travaux seront effectués dehors.

Le bateau est donc sorti de l'eau, posé sur de gros blocs valises et maintenu par des chandelles, comme une voiture. Pas de ber de construit exprès, un élément qui aurait pourtant garanti la rigidité de la coque durant les travaux.

Pour enlever les moteurs, il faut déposer le plancher de la timonerie, et ôter le cadre, du moins les traverses secondaires, le cadre extérieur reste en place, ça c'est pour une opération de grande maintenance, dans le cas présent, on va placer deux nouveaux moteurs, beaucoup plus gros que les anciens plus deux réservoir géants qui font chacun plus du double de capacité que les originels et c'est ici que les problèmes commencent.

En effet, il faut déposer le cadre extérieur du plancher de la timonerie, les traverses sont sciées et le bateau est vidé de sa mécanique, on en profite pour refaire l'électricité, installer de nouvelles pompes...

Les deux réservoirs sont installés sur des supports renforcés, il en est de même pour les moteurs.

Le souci est que les ouvriers du chantier ne sont pas charpentiers de marine de profession et encore moins bons bricoleurs, ou alors ils n'ont pas de jugeote, car une fois tout transformé, ils ne refont pas la liaison entre les deux bords en réparant les traverses sciées, ils se contentent de placer sur la quille, deux supports verticaux pour soutenir le plancher. Ils ne pensent pas que la structure du bateau est modifiée, affaiblie.

Lorsque les moteurs ont été posé, la coque s'est légèrement ouverte, et c'est dans cette position qu'ils ont repeint la coque avec de la peinture bi-composant.

Lorsque le bateau est remis à l'eau, la coque reprend une position plus normale, mais la peinture résiste mal, elle se fissure le long des planches du bordé et l'eau commence à s'infiltrer entre les lattes.

Je sais par un de ses amis que le propriétaire s'en est plaint, et que les ouvriers ont tenté d'empêcher les infiltrations en enduisant l'intérieur de la coque avec de la peinture.

Bien sûr, rien n'y a fait et à ce jour, elle laisse toujours passer ses dix litres d'eau par jour, que les pompes rejettent immédiatement évidemment et je récolte la peinture de cale sous la forme de grandes plaques sous lesquelles le bois est heureusement intact.

La solution est de rétablir voir même de renforcer l'intégrité structurelle de la coque là où elle a souffert le plus, en collant de nouvelles pièces et ensuite, une fois le bateau hors de l'eau, il faudra renforcer la coque en refaisant les joints du bordé avec de l'époxy.

Le collage à l'époxy offre cet avantage par rapport à l'assemblage par vissage, il rend plus rigide, tout en laissant au bois sa souplesse.

Je sais maintenant ce qui m'attend, à l'heure actuelle, toutes les sources de pourriture ont été localisées et erradiquées, sauf le côté tribord du roof, qui ne pourra être traité que lorsque la partie centrale aura été réparée.

Mais le bout du tunnel est en vue et une fois ces gros travaux effectués, toujours sur l'eau, nous pourrons commencer à travailler à l'esthétique intérieure, car comme tout est en bois, il va falloir poncer et vernir et ce ne sera pas le plus facile ni le plus agréable.

DSC06122.JPG

On peut voir sur cette vue, que le support arrière du plancher à été scié. Le panneau supérieur n'est pas dans l'alignement du morceau fixé sur le couple. Le trait de scie dans le panneau à été fait avec le multimaster.

DSC06124.JPG

Tout est coupé et traité au G4, la pièce en plastique ronde à l'arrière plan, est l'orifice d'aération tribord du compartiment machine, raccordé par un tuyau en alu souple à un ventilateur qui chose qui ne m'étonne plus, tourne à l'envers, c'est-à-dire qu'il aspire l'air extérieur, ils ont inversé la polarité du branchement et ils n'ont pas vérifié bien entendu! Et il s'agir bien d'une erreur puisque sur le tableau de commande, les interrupteurs sont référencés sous "extracteur tribord et bâbord".

DSC06125.JPG

Ont peut voir le fameux tuyau sur le côté droit de la photo, et la prise d'air du ventilateur.

J'ai traité les bois au G4, et le bois reprend vie!

DSC06126.JPG

Un premier renfort est collé et vissé, l'emboitement réalisé à droite permettra de doubler toute la structure sur toute sa longueur une fois que j'aurai accès à l'autre côté.

Mais pour l'heure, on va laisser Paquita se reposer deux jours avant d'y retourner lundi.

 

 

 

 

21:18 Écrit par alaro11 | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.