29/12/2009

Quand on s'promène au bord de l'eau...

29/12/2009

 

Le moral est remonté d'un ou deux crans ce jour, hier nous sommes allés nous promener à Beez, de la marina jusqu'au chantier naval « Meuse et Sambre » et retour bien sûr ! C'est une jolie promenade, bruyante à cause de la nationale qui passe rive droite de la Meuse, mais sur un halage bien entretenu et pour cause, il abrite une canalisation de gaz. La vue sur les rochers éclairés par le couchant était superbe, nous avons également découvert un magnifique hêtre et aussi des vagues sur le fleuve, en oblique et dans le sens aval-amont du courant, le tout en absence de vent au niveau du chemin de halage.

C'est vrai que nous ne sommes pas descendus au niveau de l'eau pour vérifier la présence d'Éole.

Au retour, nous nous sommes intéressés à la marina, qui me plaît bien de par sa situation pas loin de chez nous et aussi parce qu'elle est sécurisée par un portillon d'accès et que sa position géographique permet un accès aisé vers Liège, mais aussi à la Sambre et à la haute Meuse.

Les pontons sont bien disposés, et tous ces avantages rachètent les défauts qui sont le bruit des deux nationales, rives droite et gauche, ainsi que la voie de chemin de fer Namur Liège qui passe à cent mètres.

C'est vrai que nous avions étés conquis par la marina d'Anseremme, tout à fait charmante et calme, mais les évènements de la nuit du 27 octobre 2009, où deux jeunes ont détaché les amarres des bateaux stationnés le long de la Meuse et vandalisé d'autres stationnés dans la darse ne nous encouragent pas à aller y installer notre bateau. Voir le lien ci-contre http://www.yca.be/asp/articles/detailed.asp?doc_id=47

A ce sujet, j'aimerais que pour une fois, on arrête de nous bassiner avec ces « pauvres jeunes désœuvrés », qui s'ennuient, qui prennent leurs jours pour leurs nuits, qui vagabondent une fois le soleil couché, détruisent ou couvrent les biens d'autrui, publics ou privés à grand coup de bombe de peinture. La prévention en la matière à démontré largement ses limites.

Quant à moi, si je tombe sur la bosse d'exemplaires de ce genre de racailles, je n'aurai pas besoin de « Kärcher », mais deux solutions leur seront offertes. Soit ils seront champions de course de fond, soit ils devront nager !

Mais passons à un autre sujet, plus calme pour mes nerfs.

Nous avons vu des bateaux emballés comme des bonbons, bien à l'abris sous leur cocon d'hiver, ce qui prouve qu'il y a des gens soigneux qui aiment leur bateau, mais nous avons vu également des bateaux couverts de mousse verte, sales et repoussants, un peu comme ces caravanes abandonnées dans certains campings.

Triste de voir ça, il vaudrait mieux vendre ces jolies vedettes à des gens qui sauront les entretenir plutôt que de les laisser à l'abandon. En plus, ça fait vraiment « tache » dans le décor des autres bateaux bien entretenus.

Ce matin, nous avons commencé le cours de matelotage, à l'étude ce jour : les nœuds de cabestan et de chaise. Pour commencer avec le livre, ensuite sans le livre et pour terminer, les yeux fermés.

Pas facile du tout, mais au bout de quelques dizaines de minutes, on y arrive aisément. Les explications les mieux détaillées se trouvent dans le livre « Manœuvres de port et de mouillage » d'Yvar DEDEKAM, édité par Voiles et voiliers dans la collection comprendre.

J'ai toujours avec moi un bout de garcette, pour m'entrainer, dans la mallette de transport de mon portable ou simplement dans ma poche, c'est vrai que les gens se demandent ce que je vais faire avec ce bout, mais en observant, ils ont vite compris.

J'ai un avantage, j'ai été scout et j'ai appris pas mal de ces nœuds dont le souvenir de la confection me revient peu à peu à chaque fois que je les construis, surtout le nœud de chaise et son histoire du serpent qui tourne autour de l'arbre avant de fuir par le puits.

Je m'en vais maintenant me replonger dans les cours de navigation.

A bientôt pour un prochain épisode.

 

Alain

10:03 Écrit par alaro11 dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.